World News

La douce sauvegarde de Hedvig Lindahl renvoie le Canada à la maison et la Suède en quart | Football

Stina Blackstenius a propulsé la Suède en quarts de finale de la Coupe du monde féminine, mais elle avait besoin d’un arrêt de penalty de Hedvig Lindahl pour battre le Canada 1-0 à Paris.

Un brûleur lent a finalement vu le jour en seconde période, avec Kosovare Asllani au cœur de celui-ci.

C’est Asslani qui a couru vers le bas du terrain et qui a réussi une passe parfaite pour que Blackstenius puisse ouvrir le score – le premier tir du match au but étant à une heure près.

Mais c’est aussi Asllani qui a été pénalisé pour le handball huit minutes plus tard, avant que Lindahl ne démentille Janine Beckie.

La foule avait pris l'habitude de se divertir sur les vagues mexicaines lors d'une première mi-temps morne, mais il y avait beaucoup de sujets de discussion après la pause.

Le Canada a été le premier à avoir finalement réussi un coup de pied, avec Christine Sinclair sur un coup franc large à la 53ème minute.

Mais la Suède a débloqué l'impasse juste avant l'heure, alors qu'Asllani chargeait sur la gauche avant de faire glisser le ballon sur Blackstenius pour le renverser sur Stephanie Labbé.

Stina Blackstenius, à droite, passe devant le gardien canadien Stephanie Labbe et Shelina Zadorsky pour donner l'avantage à la Suède.



Stina Blackstenius, à droite, passe devant le gardien canadien Stephanie Labbe et Shelina Zadorsky pour donner l'avantage à la Suède. Une photographie: Michel Euler / AP

Cela donna vie au Canada et ils eurent leur chance avec un peu plus de 20 minutes lorsque le tir de Desiree Scott frappa Asllani au bras à bout portant.

Beckie s’est approchée et a bien frappé son penalty, mais pas assez bien pour battre le plongeon rapide de Lindahl, qui a vite été submergé par ses coéquipiers.

La Suède pensait alors avoir une pénalité quand Ashley Lawrence est passée à travers l'arrière de Fridolina Rolfö mais VAR a déterminé qu'il y avait un hors-jeu dans la formation.

La décision donnait un peu d’espoir au Canada, bien qu’ils aient rarement eu l’impression de tirer profit des résultats obtenus par Adriana Leon et Shelina Zadorsky.

The Fiver: inscrivez-vous et recevez notre email quotidien sur le football.

.

Tags
Show More

Related Articles

Leave a Reply

Your e-mail address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close
Close