World News

La police lance des gaz lacrymogènes alors que les manifestations des gilets jaunes retournent à Paris | Nouvelles du monde

La police française a tiré des gaz lacrymogènes sous une pluie de projectiles, utilisé des grenades assourdissantes et arrêté des dizaines de personnes samedi alors que des milliers de manifestants antigouvernementaux en «gilet jaune» sont revenus dans les rues de Paris.

Les manifestants ont crié des slogans dénonçant la police, le président Emmanuel Macron et ses réformes des retraites qui ont déclenché la plus longue grève des transports français depuis des décennies.

La nuit précédente, Macron et son épouse, Brigitte, ont dû être précipités d'un théâtre parisien après que des manifestants aient tenté de faire irruption et de perturber la représentation.

Alors que les sirènes hurlaient, la police anti-émeute a traversé la capitale française dans des dizaines de fourgonnettes samedi jusqu'à l'itinéraire où des milliers de manifestants ont marché.

La police a indiqué que 59 personnes avaient été arrêtées en début d'après-midi.

Il y a eu de nouvelles allégations de violence policière après que des séquences vidéo tournées par AFPTV et d'autres ont montré un jeune homme, le visage couvert de sang, arrêté et battu.

Des jeunes masqués criaient «révolution» alors que des gaz lacrymogènes dérivaient près de la Bastille, la place où la révolution française a éclaté en 1789.

"La rue est à nous", ont scandé certains manifestants. "Macron, nous allons venir pour toi, chez toi."

Les affrontements de samedi sont survenus le 45e jour d'une grève qui a frappé le trafic ferroviaire et métropolitain et causé la misère à des millions de navetteurs à Paris et dans ses environs en particulier. Cependant, les trains sont de plus en plus fréquents et les conducteurs de métro de Paris ont voté pour suspendre leur action à partir de lundi, a annoncé samedi leur syndicat UNSA.

Les manifestations étaient également la dernière des manifestations hebdomadaires organisées chaque samedi par le gilet jaunes (gilet jaune) depuis novembre 2018, et qui ont été dopés par les opposants aux réformes des retraites.

"Nous étouffons avec ce gouvernement qui veut nous mettre à genoux", a expliqué Annie Moukam, une enseignante de 58 ans parmi les manifestants. «Il est hors de question qu'il (Macron) touche à nos pensions. Nous avons travaillé toute notre vie pour pouvoir repartir avec une retraite digne », a-t-elle ajouté.

Les réformes de Macron visent à forger un système de retraite unique à partir des 42 régimes distincts du pays. Les différents systèmes actuellement en place offrent une retraite anticipée et d'autres avantages à certains travailleurs du secteur public ainsi qu'aux avocats, physiothérapeutes et même aux employés de l'Opéra de Paris.

Les critiques disent que les réformes forceront en fait des millions de personnes à travailler plus longtemps pour une pension plus petite.

Les syndicats des transports ont uni leurs forces aux gilets jaunes, qui accusent Macron de gouverner au nom d'une élite urbaine tout en ignorant les habitants des provinces et des campagnes, dont beaucoup ont du mal à joindre les deux bouts.

Les syndicats recherchent un second souffle alors que leur mouvement commence à fléchir, la proportion de grévistes chez l'opérateur ferroviaire national SNCF tombant à moins de 5% vendredi.

Le Louvre à Paris, le musée le plus visité au monde, a rouvert samedi après avoir été fermé par des travailleurs opposés à la refonte des retraites.

Vendredi, le Louvre a été fermé par les travailleurs.



Le Louvre a été fermé par les travailleurs vendredi mais a rouvert samedi,

Photographie: Christophe Petit-Tesson / EPA

Vendredi, des centaines de visiteurs déçus se sont massés devant le Louvre, quelques injures lancées contre des grévistes qui avaient bloqué l'entrée. C'était la première fois depuis le début de la grève du 5 décembre que le musée était complètement fermé, bien qu'il ait été contraint de fermer certaines galeries le mois dernier.

Mais il n'y avait aucun signe de fin de la grève à l'Opéra de Paris, qui a perdu 14 M € (11,9 M £) avec l'annulation de 67 représentations.

L'orchestre de l'Opéra de Paris a donné samedi des interprétations de Carmen et d'autres œuvres aux Parisiens et aux touristes sur les marches du Palais Garnier pour montrer son soutien à la grève. Sous un flot de confettis, ils terminent avec La Marseillaise, l'hymne national. Les partisans ont scandé «Vive la grève».

.

Tags
Show More

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close
Close