World News

La Russie et l'Arabie saoudite conviennent de prolonger l'accord avec l'Opep pour limiter la production de pétrole | Affaires

La Russie a convenu avec l'Arabie saoudite de prolonger de six à neuf mois un accord avec l'Opep sur la réduction de la production de pétrole, a déclaré le président russe Vladimir Poutine, alors que les prix du pétrole sont soumis à une pression renouvelée de la part des approvisionnements américains et du ralentissement de l'économie mondiale.

Le ministre saoudien de l’énergie, Khalid al-Falih, a déclaré dimanche que l’accord serait probablement prolongé de neuf mois et qu’aucune réduction plus importante n’était nécessaire.

Poutine, après des discussions avec le prince héritier saoudien, Mohammed bin Salman, a déclaré lors d'une conférence de presse que l'accord – qui doit expirer dimanche – serait prolongé dans sa forme actuelle et avec les mêmes volumes.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole, la Russie et d'autres producteurs, une alliance connue sous le nom d'Opec +, se réunissent les 1er et 2 juillet pour discuter de l'accord, qui prévoit de réduire la production de pétrole de 1,2 million de barils par jour.

Les États-Unis, premier producteur mondial de pétrole devant la Russie et l’Arabie saoudite, ne participent pas à ce pacte.

«Nous soutiendrons l'extension, à la fois en Russie et en Arabie saoudite. En ce qui concerne la durée de la prolongation, nous n’avons pas encore décidé si elle durerait six ou neuf mois. Peut-être que ce sera neuf mois », a déclaré Poutine, qui a rencontré le prince héritier en marge du sommet du G20 au Japon.

Falih, arrivé à Vienne pour les pourparlers sur l'Opec +, a déclaré aux journalistes, interrogés sur les préférences de l'Arabie saoudite: "Je pense très probablement une prolongation de neuf mois."

Interrogé sur une coupe plus profonde, Falih a déclaré: "Je ne pense pas que le marché ait besoin de cela."

"La demande diminue un peu, mais je pense qu'elle est toujours saine", a déclaré le ministre saoudien, ajoutant qu'il s'attendait à ce que le marché se stabilise dans les six à neuf prochains mois.

Une prolongation de neuf mois signifierait que l’accord arriverait à échéance en mars 2020. L’accord de la Russie signifierait que le groupe Opec + pourrait se réunir sans heurts si l’Iran, le troisième plus grand producteur de l’Opep, avalisait également cet accord.

Les nouvelles sanctions américaines sur l'Iran ont réduit ses exportations à un minimum, alors que Washington cherche à changer ce qu'il appelle un régime "corrompu" à Téhéran. L’Iran a qualifié les sanctions d’illégales et a déclaré que la Maison Blanche était dirigée par des «arriérés mentaux».

Kirill Dmitriev, directeur du Fonds d'investissement direct russe, qui a participé à la conception de l'accord Opep-Russie, a déclaré que le pacte conclu depuis 2017 avait permis d'augmenter les recettes budgétaires russes de plus de 7 000 milliards de roubles (110 milliards de dollars).

«Le partenariat stratégique au sein de l’Opec + a permis de stabiliser les marchés pétroliers et permet à la fois de réduire et d’accroître la production en fonction des conditions de la demande du marché, ce qui contribue à la prévisibilité et à la croissance des investissements dans le secteur», a déclaré Dmitriev.

Le Brent de référence a grimpé de plus de 25% depuis le début de 2019. Toutefois, un ralentissement de l'économie mondiale ralentit la demande et le pétrole américain inonde le marché, selon un sondage d'analystes de Reuters.

Falih a déclaré que le nouvel accord contribuerait à réduire les stocks mondiaux de pétrole, à équilibrer le marché et à stimuler les investissements dans les futurs approvisionnements en énergie.

"L'accord confirme que le partenariat entre la Russie et l'Arabie saoudite a ouvert la voie à la garantie des intérêts des producteurs et des consommateurs et de la croissance continue de l'économie mondiale", a tweeté M. Falih.

Le fait que la Russie et l'Arabie saoudite aient effectivement annoncé l'accord conclu avant les réunions de l'Opep suscitera probablement l'irritation des membres moins importants de l'organisation, qui se sentent marginalisés.

"Qui a besoin d'une réunion de l'OPEP?", A déclaré un délégué après avoir appris les gros titres des discussions russo-saoudiennes. Certains délégués ont déclaré que l'Iran pourrait encore se battre lundi.

Le ministre russe de l’énergie, Alexander Novak, a déclaré qu’il estimait que la plupart des membres de l’Opep, y compris l’Iran, avaient déjà exprimé leur soutien à la prolongation de l’accord de réduction de la production. Il a ajouté qu'il serait peut-être judicieux de prolonger l'accord de neuf mois au lieu de six mois afin d'éviter d'augmenter la production en période de faible demande saisonnière.

"Il pourrait être logique de maintenir l'accord en place pendant la période hivernale", a-t-il déclaré à la presse.

.

Tags
Show More

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close
Close