World News

Le Myanmar coupe l'internet à l'état de Rakhine au milieu des troubles | Nouvelles du monde

Plus d’un million de personnes dans l’État de Rakhine, en conflit avec le Myanmar, ont été plongées dans une panne de mémoire trois jours après que les autorités ont ordonné aux entreprises de télécommunications de cesser de fournir des services Internet à la région.

Des groupes de défense des droits de l’homme ont condamné cette mesure comme une menace pour la sécurité des civils.

La fermeture a eu lieu sans avertissement le 21 juin, un jour après que le ministère des Transports et des Communications du Myanmar a ordonné à quatre sociétés de suspendre temporairement les services Internet mobiles dans neuf townships du nord de l’État de Rakhine et du sud de l’État de Chin.

L'armée s'est heurtée tout au long de l'année dans la région aux insurgés de l'armée Arakan (AA), qui souhaitent une autonomie politique pour les bouddhistes Rakhine.

Les affrontements ont déplacé 30 000 civils au cours des six derniers mois, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies. La région a également vu l'expulsion systématique de 730 000 Musulmans Rohingyas à partir de 2017, qui selon les enquêteurs de l'ONU ont été perpétrés par l'armée dans un but génocidaire.

Les AA sont une force plus redoutable que les combattants qui prétendent représenter les Rohingya et ont infligé des torts plus élevés à l'armée.

La directive du ministère lui permet de suspendre les services de télécommunication «en cas d’urgence». Soe Thein, secrétaire permanent du ministère, a déclaré lundi aux médias locaux que "le service Internet sera rétabli lorsque la paix et la stabilité seront rétablies dans la région".

Un seul des quatre opérateurs de télécommunications a publiquement reconnu la panne d’internet. Telenor a déclaré vendredi dans une déclaration qu'il "avait demandé [the ministry] demandé des éclaircissements supplémentaires sur les raisons de la fermeture et a souligné que la liberté d'expression par le biais de l'accès aux services de télécommunication devrait être maintenue à des fins humanitaires, en particulier en période de conflit. "

La déclaration a souligné que les services vocaux et SMS n'ont pas été affectés par la fermeture.

Mais les groupes de défense des droits de l'homme ont critiqué cette fermeture en tant que menace pour les civils pris au piège dans la zone de conflit, qui a longtemps été fermée aux journalistes et aux organisations humanitaires étrangères. «Les civils en conflit ont besoin d'accéder à l'information, et cette information peut souvent sauver la vie. Les personnes prises au piège dans l’Etat de Rakhine ne pourront pas accéder aux informations, s’exprimer ou atteindre leurs proches », a déclaré Berhan Taye, un militant du groupe de défense des droits numériques Access Now.

«Cette fermeture devrait perturber les efforts humanitaires dirigés vers ce conflit. De plus, en raison de ces fermetures, il serait difficile d'exposer l'effet réel du conflit sur les civils et les actions des parties belligérantes », a-t-elle déclaré au Guardian.

Ces craintes sont déjà présentes sur le terrain pour Zaw Zaw Htun, secrétaire du Congrès ethnique de Rakhine, qui documente les victimes civiles et fournit des services de secours humanitaires.

«Nous collectons et vérifions généralement les informations sur les guerres et les affrontements à l'aide de photos et de vidéos publiées sur Internet, en particulier sur Facebook et Messenger. Nous ne pouvons plus le faire », a-t-il déclaré au Guardian.

"Le [civilian] le gouvernement soutient les actions de l'armée. S'agissant d'un gouvernement démocratique, ils devraient réfléchir aux droits de la population », a déclaré Zaw Zaw Htun.

Lundi, 21 organisations de défense des droits civils et numériques basées au Myanmar ont publié une déclaration exigeant la fin de la fermeture et une révision de la loi sur les télécommunications conformément à la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies "identifiant l'accès ininterrompu à Internet comme un facteur fondamental pour la jouissance des droits humains ”.

Selon certains observateurs, la panne d’internet laisse présager une montée en flèche de l’effusion de sang causée par la guerre du Myanmar contre les AA, au cours de laquelle les récentes atrocités perpétrées par des militaires comprennent le meurtre de six villageois en captivité dans l’État Rakhine.

"Cela ressemble à la révolution de safran de 2007", a déclaré Zayar Hlaing, membre du Conseil de la presse du Myanmar, évoquant les soulèvements démocratiques brutalement réprimés par la junte militaire au pouvoir. "Ils ont coupé les liens et tué les moines alors que les reporters étrangers luttaient pour obtenir des informations hors du pays"

.

Tags
Show More

Related Articles

Leave a Reply

Your e-mail address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close
Close