Movies

Un moineau dans un nid d'hirondelle

Cette revue de La terreur contient des spoilers.

The Terror Saison 2 Episode 1

Dans cette nouvelle série de genres anthology, AMC's La terreur continue de se tailler un créneau avec sa marque emblématique d’horreur historique, créant une atmosphère de terreur si épaisse qu’on peut la couper avec un couteau. Saison 2, sous-titré Infamie – une référence directe à l'attaque de Pearl Harbor, qui entrera en jeu d'ici la fin de la première – s'attaque à l'un des moments les plus sombres de l'histoire américaine: l'internement des Américains d'origine japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale. Sans surprise, La terreurCette deuxième saison semble plus pertinente que la première, une histoire sur les immigrants qui reflète notre propre réalité horrible (et insensée) dans laquelle l’histoire se répète.

"Un moineau dans un nid d'hirondelle" explore la communauté de personnages sur le point d'être mis en cage injustement, tout en établissant une histoire de fantôme intrigante issue du folklore japonais. Pour l’essentiel, cette combinaison fonctionne, bien qu’il y ait des moments au cours desquels l’épisode a du mal à combiner ses aspects de drame familial et d’horreur. Parfois, la première se sent un peu indisciplinée, une mosaïque de scènes qui ne coulent pas vraiment d'une scène à l'autre, encore plus réduite par le dialogue étouffé du script. Le rythme est vraiment difficile pendant une bonne partie de l'heure.

Cela n'aide pas que le protagoniste de la série, Chester Nakayama (Derek Mio), tombe aussi un peu à plat, même si ce sont peut-être ses propres "péchés" avant le début de l'épisode qui déclenchent les mauvais esprits en premier lieu . Chester est le fils américain de première génération des immigrants japonais Henry (Shingo Usami) et Asako (Naoko Mori) qui s'efforce d'équilibrer la promesse du rêve américain avec son propre héritage. Ce conflit intérieur le rend méprisant de son père, qui a passé toute sa vie en Amérique en tant que pêcheur modeste à San Pedro, travaillant pour des "bouts", selon Chester, qui rêve d'une vie au-delà du village de pêcheurs de sa famille – son propre acre, sa propre famille sur le continent. Bien que la lutte de Chester semble réelle, Mio n'est pas le rôle le plus captivant de son rôle, ce qui est regrettable puisque la majeure partie de l'histoire se déroule à travers sa perspective.

Lire la suite: Pourquoi la terreur: L'infamie est le spectacle le plus important à l'heure actuelle

C'est à Usami de faire le gros du travail lourd dans les scènes tendues père-fils, et il est excellent. Usami (vu principalement sur les écrans japonais et australiens) apporte un poids émotionnel à chaque scène dans laquelle il évolue, tel Henry, dont le comportement grave contraste avec les tendances plus agitées de son fils. Tout au long de l'épisode, la rébellion de Chester se heurte de front aux croyances plus traditionnelles d'Henry, dont beaucoup sont admirables, tandis que d'autres sont informées par les hommes blancs qui s'emploient activement à le retenir comme un pêcheur humble (dans l'esprit de Chester). Chester méprise la façon dont son père garde la tête basse lorsque Stan Grichuk force Henry à vendre son poisson à la conserverie à un prix inférieur au prix courant, mais Henry semble satisfait de sa vie et de l'automobile (un seul sur six dans leur quartier ) il a travaillé 20 ans pour gagner. En ces moments, lorsque ces deux hommes se disputent leurs vues divergentes sur ce qu'est le rêve américain, l'épisode est à son meilleur.

Pour compliquer les choses, Chester entretient une relation avec Luz (Cristina Rodlo), une étudiante latino-américaine enceinte de son enfant, un secret qu’ils gardent tout au long de l’épisode, mais qui commence à se révéler à la fin de cet épisode. Nous ne voyons pas grand-chose de Luz car elle est malheureusement reléguée au "problème que Chester doit résoudre pour pouvoir quitter San Pedro", mais il est réconfortant de voir Luz rejeter le grand geste de Chester de partir ensemble au lieu de se laisser tirer. d'un sens (avortement) à l'autre (femme au foyer) par son amant désintéressé.

En fait, Chester envisage d'acheter une potion pour le maléfique Masayo Furuya (Yuki Morita) pour Luz, qui semble jeter un sort sur la communauté. Masayo est elle-même victime des pires tendances de l'homme: elle a été battue par son mari alcoolique, Hideo, qui paie cher ses transgressions. Ces histoires interconnectées offrent la plupart des séquences effrayantes de l'épisode. Pour ce qui est de l'horreur, "Un moineau dans un nid d'hirondelle" s'appuie un peu trop sur des moments clichés d'horreur corporelle, allant de corps contondants grotesques à des lobotomies induites par la possession, pour être efficaces. Les moments effrayants n'atterrissent pas aussi organiquement que la saison dernière La chose– l'horreur inspirée sur la glace, mais au moins le fantasmagorique Yuko de Kiki Sukezane, l'esprit énigmatique qui hante la communauté, inspire un sentiment d'étrangeté à la procédure.

"Un moineau dans un nid d'hirondelle" n'est pas assez solide pour ses séquences d'horreur surnaturelle, et l'épisode est à son point le plus intéressant et le plus horrifiant quand il s'agit de s'attaquer de front à l'histoire plutôt que par le biais d'une lentille de genre. Le point culminant de l'épisode, dans lequel tous les hommes nés au Japon à San Pedro sont emmenés à la suite de Pearl Harbor, qui doit bientôt être expédié dans des camps de concentration, est en ruine. Vraiment, la plus grande frayeur de La terreur La saison 2 est notre propre histoire moderne dans laquelle tout cela se reproduit.

John Saavedra est éditeur associé à Den of Geek. Lisez plus de son travail ici. Suivez le sur Twitter @ johnsjr9 et assurez-vous de le vérifier sur Twitch.

Lire et télécharger le Den of Geek SDCC 2019 Édition spéciale Magazine ici!

Tags
Show More

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close
Close